Une Coopérative de Jeunes Majeurs (CJM), c’est quoi ?

Dans le même sens que les réalisations précédentes, en 2018 et 2019, Le Pôles NOE est en train de monter une nouvelle coopérative de jeunes majeurs pour cet été 2021.

  1. Une Coopérative de Jeunes Majeurs (CJM), c’est quoi ?

C’est un dispositif innovant d’éducation à l’entrepreneuriat coopératif, avec une dimension d’insertion socio-professionnelle

Une CJM regroupe 10 à 15 jeunes âgé.e.s de 18 à 30 ans et résidant prioritairement des Quartiers Prioritaires de la Ville (QPV).

Une CJM est une expérience réelle ouverte à tout.e jeune souhaitant entreprendre en équipe pendant 3 mois, avec un apprentissage en collectif du développement d’activités économiques. Un excellent tremplin pour se lancer dans leur vie professionnelle !

Une équipe est chargée d’animer ce projet d’éducation populaire, qui mêlent expérience pratique de l’entrepreneuriat collectif et ateliers et formations aux principes de l’Économie Sociale et Solidaire (ESS).

 

  1. Des Coopératives de Jeunes Majeurs dans les quartiers franciliens

Depuis 2017 en Île-de-France, 19 CJM ont été conduits et environ 200 jeunes accompagné.es, dans 6 départements en IDF : 75, 78, 91, 92, 93, 95 sous l’impulsion de la SCIC « La Cité Phares » (Ile-Saint-Dénis, dans le 93)

Pour l’Essonne nous préparons la 5e CJM, qui sera la 3e sur la CPS-Les Ulis.

Enfin, les coopératives éphémères de jeunesse existent en France depuis 2013, le développement de ces initiatives étant piloté par le réseau La Fabrique Coopérative.
https://lafabriquecooperative.fr/

  1. Un projet de coopération au service du territoire

Le projet bénéficie du soutien des divers acteurs du territoires : collectivités publiques, acteurs prescripteurs emploi et/ou jeunesse, acteurs de l’ESS, structures d’accompagnement à la création d’activité…

La volonté est de co-construire la coopérative de jeunes avec ce réseau d’acteurs locaux, qui se réunissent mensuellement au sein d’un comité local.

Tous ceux qui souhaitent y contribuer sont les bienvenus à ce comité local. Contactez-nous pour être informé de la prochaine date de réunion.

 

Nous recherchons des adhérents et partenaires du PôleS NOE qui seraient intéressé.es par un parrainage / marrainage d’un projet de cette CJM. L’idée est de communiquer avec les jeunes autour de votre expérience, ce qui pourrait leur inspirer un projet d’activité concrète à mener, et peut-être aussi permettre une avancée pour la structure parrain/marraine.

 

Ci-après une carte des 19 CJM en IDF

 

 

Observatoire coopératif de l’ESS et de la transition en Essonne

Observatoire coopératif de l’ESS et de la transition en Essonne

Le projet (dont le nom pourrait changer bientôt) initié par le PôleS NOE (Nord-Ouest Essonne) a pris un nouveau départ grâce à de nouveaux partenariats, notamment le Collectif Nord Est Essonne en Transition. Il s’est doté d’un large comité de pilotage. L’objectif principal est toujours de rassembler les acteurs qui œuvrent à la transition écologique et sociale du territoire, dans le but de répondre à leurs besoins, d’accélérer les coopérations, de créer des synergies, des mises en relation, des projets communs, diffuser « des solutions ».

Le comité de pilotage, mis en place en avril dernier, rassemble actuellement près d’une dizaine d’associations et trois représentants de collectivités territoriales. Créés en son sein, plusieurs groupes de travail réunissant une vingtaine de personnes, sont à pied d’œuvre pour faire avancer le projet : le groupe Charte est chargé de mieux définir les objectifs du projet, son champ d’application ainsi que ses règles de fonctionnement et son mode de gouvernance ; le groupe Veille identifie les projets publics disponibles, évalue leur pertinence vis-à-vis des besoins identifiés et établit un contact avec les porteurs de ces projets ; le groupe Données et prototype travaille sur l’outil numérique de cartographie, évalue la technologie pour d’éventuels futurs développements, réfléchit au choix des données à enregistrer en fonction des besoins repérés, et aux règles de saisie de ces données ; le groupe Financement et planning recherche des solutions de financement du projet, travaille au planning qui permettra de le populariser et recherche des partenaires ; enfin, le groupe Communication est chargé de donner au projet un nom qui représente l’ensemble des acteurs impliqués, mais aussi de sa promotion vis-à-vis des partenaires, des financeurs potentiels et du grand public.

Il est toujours temps de rejoindre le collectif si vous êtes intéressés, en répondant à cette lettre ou en rejoignant une des organisations qui le composent.

Le prototype en cours d’évaluation est consultable sur ce site. Il a été créé pour répondre aux besoins de quatre sortes d’acteurs présumés de la transition :

Simple citoyen.ne, je voudrais :
– consommer un produit (bio, équitable, etc.), un service (culturel, de santé…) ;
– rejoindre un espace de coworking ;
– utiliser les services d’une recyclerie, friperie, ressourcerie, atelier de réparation de vélo, un repair café, une épicerie collaborative, etc. ;
– savoir où sont les aires de co-voiturage de mon bassin de vie ;
– m’impliquer en tant que citoyen⋅ne => je veux savoir quel est le projet d’une structure, l’objectif d’un projet ;
– être informé des évènements qui se déroulent près de chez moi ;
– trouver un emploi dans l’ESS, une mission de service civique, une mission bénévole ;
– m’éclaircir les idées sur les mots/termes/notions de transition sociale et écologique (formations, actions d’éducation populaire ?).

Organisation (association, entreprise, mutuelle, fondation), je souhaite :
– être visible pour valoriser mes actions, montrer mes compétences ou mes solutions ;
– mener une action en lien avec d’autres organisations sur le même thème ;
– trouver des partenaires pour monter un projet, ou le financer, répondre collectivement à un appel à projet ;
– engager un échange (chat/forum) ;
– un retour d’expérience / je souhaite capitaliser mon expérience ;
– trouver ou partager des ressources bénévoles / salariées ;
– mettre à disposition un lieu (d’échange de pratiques, de travail, etc.).

Membre d’une collectivité territoriale, je voudrais :
– identifier ce qui se passe sur mon territoire en matière d’ESS et de transition écologique ;
– identifier les liens entre les structures / les projets ;
– avoir une vision globale ou statistique sur un thème donné, mesurer l’évolution des actions engagées (par exemple plan climat, plan alimentaire, etc.) et proposer des développements;
– favoriser la mutualisation des projets et des organisations pour faire avancer la transition, changer d’échelle, pérenniser et étendre un projet ;
– connaître les organisations qui oeuvrent en faveur de l’emploi sur un territoire donné ;
– favoriser l’emploi éthique.

 

Membre d’une école, d’un établissement d’enseignement, je souhaite :
– trouver des terrains de stage ou d’étude pour mes étudiant⋅es ;
– organiser des réunions d’information et de mise en valeur de l’ESS ;
– diffuser le résultat d’études ou de travaux de recherche relatives à la transition écologique et sociale ;
– trouver de nouveaux « terrains » de recherche (espaces, organisations, thématiques…).

 

 

Des emplois pour la transition écologique : On y pense dès la fin du collège!

 Des emplois pour la transition écologique: on y pense dès la fin du collège!

Le PôleS NOE a signé une convention avec l’association  «Viens voir mon taf»  qui veut faciliter les stages de 3° pour les collégiens d’établissements situés en zone REP mais ne trouvent pas facilement à faire un stage utile.
L’idée est de proposer des stages au sein des organisations de l’ESS adhérentes ou partenaires du PôleS NOE et d’utiliser cette occasion pour une première sensibilisation à l’ESS et montrer qu’on y trouve des métiers intéressants (sur une demi-journée).
Sur l’année scolaire 2020-2021, il s’agit de 3 collèges de Massy :

– pour le Collège Blaise Pascal : semaine du 16 au 20 novembre 2020

– pour le Collège Denis Diderot : semaine du 7 au 11 décembre 2020

– pour le Collège Gérard Philipe : semaine du 14 au 18 décembre 2020

L’inscription des offres de stage, ainsi que les candidatures des collégiens passent par une plateforme dédiée. Voici le lien à un tutoriel vidéo pour publier des offres de stage sur cette plateforme :

https://www.youtube.com/watch?v=qC14VIXu5WI&list=UUG-Q896D60HjiS1sWd9H0Gg&index=23

En voici les étapes récapitulées :

  1. Créer un compte tuteur·rice, puis confirmer votre compte (notification reçue par mail) et vous connecter à votre espace.
  2. Cliquer sur « Publier une offre » et renseigner le contenu de l’annonce en suivant les indications et conseils que nous vous donnons au fur et à mesure (titre et termes compréhensibles, nombre de candidatures maximal accepté, semaines de disponibilité entre novembre et mars, etc.) et valider.
  3. Une fois votre offre en ligne, les élèves dont les dates de stage correspondent pourront voir votre annonce et y postuler.
  4. Vous en serez notifié·e par mail et vous devrez vous connecter sur votre compte tuteur·rice pour les accepter ou les rejeter (en essayant de les traiter dès que possible !).
  5. Vous serez alors mis·e en relation avec les élèves accepté·e·s en stage afin de les rencontrer et organiser la signature de leur convention de stage.

Prochaine assemblée générale du PôleS NOE

Prochaine assemblée générale du PôleS NOE

L’assemblée avait été reportée à l’automne, suite à l’épisode du confinement. Ce sera le 29 septembre de 9h30 à 12h
(Probablement en visio-conférence et en présentiel.)

L’assemblée comportera une partie statutaire, avec le vote sur le rapport d’activité et le rapport financier, puis l’élection d’un nouveau Conseil d’Administration.
D’ores et déjà nous sollicitons des candidatures!

Le PôleS NOE souhaite que dans une deuxième partie s’ouvre un débat sur le thème suivant : « comment l’ESS donne des repères pour un modèle alternatif pour l’emploi ? »

Pour vous connecter à la réunion, le lien est le suivant : https://webconf.odass.org/b/fre-ckb-kxl
Il s’agit du système de visio-conférence BigBlueButton. Pour celles et ceux qui voudrait tester la connexion avant la réunion, n’hésitez pas à contacter par mail Frédérique Dumont pour fixer un RV : fd@odass.org
Pour nous permettre de mieux organiser la réunion, merci de nous indiquer votre présence (ou non) via ce lien : https://date.paquerette.eu/KG62yf1YtogUVfQI

Mélanine Mobile Vibe

Mélanine Mobile Vibe

Pendant le confinement, les musiciens entre autres acteurs culturels, ont vu leur activité bridée par les consignes sanitaires. Impossible de se réunir en salle, impossible de se produire devant un public comme ils le font en temps normal. Et ce n’est pas fini!

Mais Mélanine n’a pas déserté. Au contraire, ils ont su organiser un concert en liaison virtuelle, comme on pourra le constater en allant sur le lien suivant https://youtu.be/9CrpFWVpCLA. C’est ce que des professionnels sont capables de faire!

MELANINE MOBILE VIBE rassemble des musiciens de la scène jazz et « musiques du monde » travaillant ensemble dans un but tant créatif et culturel, que social par le biais d’une pédagogie adaptée.

Depuis 20 ans, le collectif n’a cessé d’élaborer des projets de productions et diffusion professionnels (concerts, spectacles) mais aussi porte et développe des actions culturelles en direction des habitants (séniors, adultes, et jeunes) de plusieurs quartiers défavorisés : ateliers Gospel et jazz, comédie musicale et ateliers d’orchestre.

Mélanine Mobile Vibe, par sa démarche et sa pédagogie « va au-devant » et, au plus près, va chercher les publics au cœur des quartiers afin de permettre un accès à l’art pour tous, quels que soient leur âge, leur origine sociale ou culturelle, et sans préjuger du niveau de compétence de chacun.

Véritable action culturelle, elle permet la rencontre des amateurs avec les professionnels, le mélange des cultures et des âges. Pour les niveaux professionnels ou semi-professionnels, elle est l’occasion d’affiner les acquis auprès de maîtres de renommée internationale (master classes, etc.).

Dans sa démarche, Mélanine Mobile Vibe s’associe régulièrement avec les structures socioculturelles locales, le plus souvent ancrées dans les quartiers : centres sociaux, MJC, Education spécialisée.

Des échanges pas si virtuels en temps de confinement

Des échanges pas si virtuels en temps de confinement


Photo de Andrea Piacquadio provenant de Pexels

Début avril, nous vous avions proposé un «Atelier d’échange d’expériences, idées et ressources pour affronter la crise actuelle» aux dirigeants de structures ESS membres ou proches du PôleS NOE. Cinq personnes se réunies dans ce cadre avec deux animatrices pendant quatre séances. L’intention était d’une part de mieux comprendre les difficultés inédites que chacun rencontrait après les trois premières semaines de confinement et les stratégies expérimentées pour y faire face. Nous avions également pour objectif examiné et construire un ensemble de leviers d’action concrète.

La dernière séance s’est tenue début juin et nous a permis de faire un bilan de ce dispositif qui s’est déroulé dans un contexte inédit.

A partir d’un sujet initial: l’impact de la crise sanitaire sur ma vie d’entrepreneur, nous avons abordé de nombreux sujets qui avaient sans doute une coloration particulière en période de confinement. Comment valoriser et évaluer ce que proposer l’entreprise, comment évaluer aussi les résultats obtenus grâce aux efforts consentis. La coopération a également été plusieurs fois abordée, que ce soit avec ses clients, ses collaborateurs ou encore au sein d’un comité de direction. L’organisation du travail à distance était dans les préoccupations, bien sûr, mais aussi des questions de délégation ou encore d’isolement du dirigeant et de la difficulté à articuler le pilotage stratégique et opérationnel, efficacement et en santé…

Le dispositif a été co-construit avec les participants sur la base d’un cadre et d’une méthodologie préparés par les animatrices. Il a permis de dégager les problématiques des participants au plus près de leurs préoccupations entrepreneuriales du moment.  Deux des cinq participants n’ont pas pu suivre le cycle jusqu’à la fin. Les autres ont relevé l’intérêt de se poser des questions collectivement, avec d’autres dirigeants qui partagent des valeurs communes. La place laissée à la parole et à l’écoute mutuelle a permis un processus de réflexion approfondie et d’apporter de la motivation et de la lucidité dans un contexte difficile.

Prendre du temps pour travailler de questions de travail n’a pas toujours été une démarche évidente pour les participants, pour qui le temps est une denrée rare. Cela s’est révélé toutefois utile pour exprimer des problèmes ou des difficultés, inéluctables en cette période et que l’on ne se donne pas toujours le temps de poser.

Même si le confinement est derrière nous, les temps à venir sont incertains. Sur la base de cette première expérience, des rencontres entre dirigeants membres ou proches du PôleS NOE permettraient une coopération au soutien de l’activité de chacun. Qu’en pensez-vous ?

Dominique, co-animatrice de cet atelier